Halloween : Pourquoi?

Halloween : Pourquoi?

Tous les ans, nous fêtons Halloween. C’est l’occasion de tailler nos citrouilles, de recouvrir les murs de toiles d’araignée et sortir quelques squelettes du placard.  Mais connaissez-vous les origines de cette fête? Savez-vous pour quelles raisons, nous nous déguisons en monstres effrayants? Question de vous parler d’autre chose que du monde des affaires, nous vous expliquons tout cela dans cet article en vous racontant pourquoi Halloween existe.

Les origines

Il y a environ 3000 ans, au temps des Gaulois, l’année Celte se terminait à la fin de l’été et des récoltes soit le 31 octobre et non le 31 décembre comme aujourd’hui. Cette dernière nuit était la nuit du dieu de la Mort.

Faut comprendre que les Celtes – qui vivaient là où se trouvent maintenant l’Angleterre et le Nord de la France – comptaient en nuits et non en jours.  C’est pour cette raison que les célébrations commençaient le 31 octobre au soir.  Cette fête constituait pour eux une sorte de fête du nouvel an. Cela permettait de s’assurer qu’une bonne année allait venir.

La fête, qui se déroulait sous l’autorité des druides, était parmi les plus importantes du peuple gaulois et durait entre une semaine et quinze jours. Les troupeaux étaient ramenés des prairies aux étables et le soleil était remercié pour la moisson.  Ils frottaient des branches sèches du chêne sacré jusqu’à enflammer un nouveau feu pour honorer le dieu du Soleil et effrayer les esprits diaboliques. Chaque chef de famille recevait de la braise rouge recueillie dans ces flammes pour en allumer un nouveau dans son âtre. Ce dernier devait brûler jusqu’à l’automne suivant. Ce feu sacré devait protéger le foyer du danger tout au long de l’année.

En ce dernier jour de l’année, on supposait que les esprits pouvaient faire une brève visite à leurs parents, alors que le dieu de la Mort tentait de rassembler les âmes de ceux qui avaient péri durant l’année afin de leur révéler leur sort. Pour être certains d’effrayer ces revenants, les Gaulois se maquillaient et portaient des costumes effrayants.

Aujourd’hui

Beaucoup plus tard, au milieu du 19e siècle, les pratiques d’Halloween se déplacent avec la grande émigration Irlandaise vers les États-Unis, emportant avec elles l’un des personnages les plus célèbres de cette célébration : Jack O’lantern.

Puis à la fin du 19e siècle, Halloween, de la contraction anglaise “All Hallows Eve” qui signifie littéralement « la veille de tous les saints », c’est-à-dire la veille de la fête chrétienne de la Toussaint, devient une fête nationale aux États-Unis, avec ses jeux, ses divinations et la coutume du “Trick or treat” (“des friandises ou un mauvais tour”).

L’Halloween est aujourd’hui célébrée principalement en Irlande, en Grande-Bretagne, aux États-Unis, au Canada, en Australie et en Nouvelle Zélande.

Au Québec, la coutume remonte tout au plus aux années 19201930, avec l’émigration  des Irlandais et a probablement été initié par les anglophone dans la région de Montréal. C’est autour des années 1960-1970 que cette fête s’impose réellement dans les régions à grande majorité francophone.

Pourquoi une citrouille?

La coutume des navets, raves ou citrouilles évidés avait pour but d’effrayer les esprits. Cependant, elle est aussi liée à la légende de Jack O’Lantern, un homme condamné à errer éternellement entre l’enfer et le paradis, car ni Dieu ni le Diable ne voulait de lui. Il s’éclairait d’un tison posé dans un navet.  Ainsi les habitants, vidaient des navets ou des betteraves pour les tailler en forme de têtes de mort, que l’on plaçait au bord des routes ou près des cimetières. Les navets ont été progressivement remplacés par les citrouilles (car elles y sont plus abondantes), dans laquelle on place une bougie.

Le 31 octobre prochain, à la tombée de la nuit, plusieurs sourires inquiétants illumineront d’effrayantes citrouilles, évidées et sculptées en lanternes d’occasion, qui sont devenues le symbole d’Halloween par excellence.

Les foyers qui participent à la fête ornent le pas de leur porte d’une citrouille illuminée pour indiquer que les enfants y sont les bienvenus. Depuis quelques années, la fête suscite un engouement croissant et inspire plus en plus la population à créer des décors d’horreur devant les maisons.

Bonbons, fantômes et sorcières

Les enfants se déguisent et envahissent les rues pour frapper aux portes et réclamer des friandises. Les petits anglophones crient «Trick or treat!» qui signifie «Des bonbons ou un mauvais sort!»  Le sort, c’est l’équivalent d’une farce, mais il renvoie aussi aux dieux malins, joueurs de tours, de la mythologie anglo-saxonne.

Maintenant que vous connaissez mieux l’historique de la fête, vous comprenez l’origine des divers monstres associés à Halloween. D’où la présence de nombreux fantômes et squelettes.

Et les sorcières? Ces guérisseuses qui vivaient au Moyen Âge, ne recevaient pas d’argent pour leurs services. Ainsi, elles se déguisaient en vieilles dames laides pour aller quêter chez les gens qu’elles avaient soignés pour savoir s’ils méritaient leurs soins. En raison de leurs «pouvoirs» de guérison et de leur allure effrayante, on leur attribuait des pouvoirs maléfiques.

Nous vous souhaitons donc une très joyeuse et effrayante Halloween! Soyez prudents avec tous ces petits monstres sur le chemin…

Commentaires?